Endocardite et incitation à la surveillance bucco-dentaire. Prat Organ Soins 2010;41(1):23-32

Objectif
L’Union régionale des caisses d’Assurance maladie de Rhône-Alpes a conduit une action de promotion
de la surveillance bucco-dentaire chez les malades à risque d’endocardite infectieuse (MREI). L’objectif était d’évaluer l’efficacité de la diffusion de documents d’information aux MREI et aux médecins traitants avec audit-retour.
Méthodes :
Les bénéficiaires de l’Assurance maladie âgés de 5 à 70 ans, exonérés du ticket modérateur en 2004 pour une maladie à risque d’endocardite infectieuse, ont été répartis aléatoirement en fonction de leur arrondissement de résidence en un groupe témoin et un groupe intervention. Différents documents d’information ont été adressés aux MREI du groupe intervention ainsi qu’à leur médecin traitant. La surveillance bucco-dentaire a été étudiée à partir des prestations remboursées pendant un an.
Résultats :
La surveillance biannuelle concernait 13,6 % de l’effectif du groupe intervention contre 14,1 % du groupe témoin (p unilatéral = 0,44). Après ajustement, l’information n’était pas significativement associée à la surveillance biannuelle (OR = 0,95 ; IC 95 % = [0,55 ; 1,65]).
De même, l’information n’était pas significativement associée à la surveillance annuelle (OR = 1,22 ; IC 95 % = [0,90 ; 1,65]) alors que la mention de surveillance dentaire sur le protocole de soins l’était très fortement (OR = 4,30 ; IC 95 % = [1,36 ; 13,54]). Les MREI à haut risque étaient moins bien surveillés (OR = 0,70 ; IC 95 % = [0,53 ; 0,94]).
Conclusion :
Les actions de prévention devraient inciter à faire mentionner la surveillance sur le protocole de soins, et à privilégier les MREI à haut risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *