Etat de santé bucco-dentaire des personnes âgées en établissement dans les pays de Loire. 2003

Etat de santé bucco-dentaire des personnes âgées en établissement dans les pays de Loire. 2003

Objectifs :

Evaluer les besoins réels en soins et le ressenti (demande) des personnes âgées hébergées dans les établissements et apprécier les moyens mis en œuvre (offre) pour assurer leur suivi bucco-dentaire.

Méthodes :

La première étape consiste à recueillir des données déclaratives auprès des directeurs et
personnels soignants des 491 établissements de la région des Pays de la Loire. La deuxième étape confronte les examens de 476 résidents tirés au sort au sein du 1/4 des établissements à l’évaluation de leur “qualité de vie orale” à l’aide du Général Oral Health Assessment Index.

Résultats :

Sur 195 établissements ayant répondu au questionnaire, seuls 7 assurent un suivi bucco-dentaire des résidents Le personnel soignant répondant (1189) estime pour 59% être sensibilisé aux problèmes dentaires pendant sa formation. Deux sur 3 déclarent assurer des soins d’hygiène bucco-dentaire alors qu’ils sont 40% à ignorer les porteurs de prothèses dentaires.
Quatre sur 5 estiment que les personnes âgées se désintéressent de leur état bucco-dentaire.
Sept résidents sur 10 présentent au moins une des pathologies générales dont les relations avec l’état buccodentaire sont connues (risque infectieux, effets des traitements).
Seuls 19,6% des résidents ont consulté un chirurgien-dentiste depuis moins d’un an, mais 2 sur 3 déclarent gérer seuls leur hygiène bucco-dentaire, de préférence lors de la toilette.
Parmi les 443 personnes âgées examinées, 79% ont besoin de faire appel à un odontologiste avec dans 4 cas sur 5, un besoin de maintien en état de la bouche indispensable au vu du risque infectieux général ou local. Si ces besoins sont plus marqués chez les hommes et les porteurs de pathologies, l’âge et le degré de dépendance sont sans influence. Les 394 résidents ayant pu répondre au questionnaire, ont émis de “fortes doléances” dans 1/6 des cas, et n’en ont exprimé “aucune” dans 1 cas sur 5 (les 2/3 restants se partagent à égalité entre “peu de doléances” ou des “doléances moyennes”.

Conclusions :

Les besoins en soins et l’absence de suivi relevés témoignent de la nécessité de mettre en place un bilan bucco-dentaire à l’entrée en établissement et d’instaurer d’un bilan annuel intégré au projet individuel de soins dans le cadre de réforme des EHPAD. Des actions de sensibilisation auprès des personnels, des praticiens et de l’entourage des personnes âgées devraient être entreprises.
Certaines de ces actions sont en cours d’expérimentation dans des établissements volontaires avant de proposer une généralisation à l’ensemble de la région.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

télécharger le document [582.51 KB]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *