Hommage à Philippe Hugues

Par Frédéric Courson,

« Le 12 octobre dernier, Philippe Hugues, membre du bureau de l’ASPBD nous quittait.

J’ai eu la chance, à ses côtés, d’animer l’association pendant de très longues années et de découvrir la santé publique bucco-dentaire dont il maitrisait beaucoup de ces aspects.

Depuis 2002, avec d’autres membres du bureau, Fabien, Jean Paul, Julie, Lucette, Djilali, Louis, Jeremy et j’en oublie, vous m’excuserez…il organisait notre association. En charge tout particulièrement de l’organisation des journées thématiques du mois de novembre, comme celle que vous avez honoré par votre présence aujourd’hui, il savait donner corps et ses lettres de noblesse à la santé publique bucco-dentaire.

La santé publique d’une manière générale est souvent une discipline mésestimée alors que sa contribution sur la protection de la population mériterait plus d’attention de la part des pouvoirs publics. Philippe défendait la triade « Anticiper, comprendre, agir» et avait su au fil des années tisser des liens étroits avec des spécialistes tant dans le domaine médical que dentaire sur des thématiques très différentes ; je ne citerai que quelques-unes que j’ai retrouvé en lisant les actes de ces journées qu’il avait patiemment rédigé à la suite de ces journées, et que vous retrouverez sur le site de l’ASPBD sur: « Les formations en santé bucco-dentaire », « l’évolution des concepts », « les recommandations », « les protections sociales », « les actions de préventions », « la santé bucco-dentaire dans la promotion de santé… »

Comme vous le voyez, c’était des sujets de fond pour faire évoluer cette discipline, et avec les membres du bureau, les échanges souvent constructifs furent nombreux pour aboutir à l’organisation de ces thématiques. J’invite d’ailleurs, acteurs de la santé publique, à relire ces actes de santé publique bucco-dentaire, avec des intervenants de renom qu’il avait su convaincre de venir à nos journées. C’est une mine de réflexion et de pistes de travail pour de jeunes chercheurs en santé publique bucco-dentaire.

Philippe, ce n’était pas seulement l’organisation de ces journées, il s’occupait du site internet, gérait le « yahoogroup » et nous dispensait des informations continuellement dans le domaine de la santé publique bucco-dentaire. C’était aussi un acteur de terrain, à la fois par son travail au Conseil général du Val de Marne, que par son travail via l’ASPBD en lien avec des associations, il travaillait

en particulier, avant que la maladie ne l’oblige à prendre ses distances, sur les inégalités sociales de santé, sur les personnes en situation de précarité, les personnes âgées, les handicapés, les jeunes travailleurs. Toutes les personnes spécialistes de ces sujets avaient trouvé en lui un interlocuteur efficace de par ses réflexions et ses argumentations toujours étayées par une analyse de la littérature poussée.

Peu de gens le savent mais je lui avais dit qu’il devait prendre ma place de président de l’époque, mais il avait toujours refusé, humilité, travail de l’ombre, patience et gentillesse faisaient partie de ses traits de caractère ; et s’il n’était point président de notre association cela ne l’empêchait pas d’avoir le sens des responsabilités et beaucoup avaient compris qu’ils avaient trouvé en lui LA PERSONNE compétente en matière de santé publique bucco-dentaire. Beaucoup d’universitaires l’ont fréquenté et peuvent en témoigner.

Vous avez été nombreux sur le yahoogroup à saluer son travail et sa mémoire, et ceci venant de plusieurs continents, la famille vous en remercie. Je vous transmets le message suivant de sa sœur isabelle:

« En mon nom et au nom de la famille, je vous remercie des nombreux témoignages de sympathie et de respect pour le travail de mon frère.

Les mails émanant de professionnels de nombreux pays ont souligné outre la compétence, l’intelligence et l’intégrité de Philippe, son humanisme qui était une de ses grandes qualités.

Il était très attaché à l’amélioration de la santé bucco-dentaire au service de tous au travers de votre association. Il y a investi beaucoup d’énergie et de travail. Il en a retiré également de grandes satisfactions.

Votre participation à ses obsèques a été une manifestation chaleureuse pour saluer sa mémoire.

Nous vous en savons gré, vous remercions de votre soutien et vous souhaitons bonne route dans le développement de votre association. »

Puissiez-vous aujourd’hui, par vos travaux sur la thématique « politiques de santé et territoires », honorez sa mémoire par la richesse de vos échanges et de vos réflexions.

Puissiez-vous par vos actions de terrain, continuez son action envers les populations qui en ont besoin.

Puissiez-vous par votre travail, vos recherches, votre passion pour cette discipline, continuer tout comme lui à convaincre l’ensemble de notre profession du bien-fondé de notre action envers notamment les populations en difficulté, soit en situation de précarité soit atteinte par la maladie

Puissiez-vous, aujourd’hui, demain, après-demain, vous souvenir de lui… »

Frédéric Courson