Toxicomanie et santé orale: Une dent contre la dépendance !

Article paru dans « le CDF » du 13 au 20 juin 2019.

Les maladies bucco-dentaires figurent parmi les problèmes de santé les plus observés chez les consommateurs de drogues. Face à des patients dépendants, le chirurgien-dentiste occupe, selon le Dr Fabien Cohen, secrétaire général de la Société française des acteurs de la santé publique buccodentaire (ASPBD), un rôle essentiel.

Pourquoi les chirurgiens-dentistes font-ils partie des professionnels de santé les mieux placés pour repérer les consommations à risque ?

Fabien Cohen : D’abord parce que les répercussions sur la cavité buccale sont nombreuses. En effet, la consommation croissante de drogues, quelle que soit la classe sociale, amène bon nombre de praticiens à prendre en charge des patients dépendants. Ils ont donc une position stratégique en matière de soins, mais aussi de prévention. Lors du questionnaire de santé, il faut systématiquement intégrer la question de la consommation de drogues licites ou illicites. Poser la question, c’est le début de la prévention. Nous savons aujourd’hui que l’addiction commence assez jeune notamment avec l’alcool, le tabac et le cannabis. À travers le dispositif de prévention bucco-dentaire financé par l’Assurance maladie et proposé notamment aux 12 à 24 ans ainsi qu’aux femmes enceintes, les chirurgiens-dentistes ont une formidable opportunité d’aborder ces consommations et d’informer le patient, dès l’adolescence et à intervalles réguliers.

La suite figure dans le PDF ci-après.