Les premières molaires permanentes dans les dépenses dentaires : pour un scellement préventif des sillons ? Rev Med Ass Maladie 2000;4:1-7

Objectifs :
Cette étude visait à analyser la part des premières molaires permanentes dans les dépenses dentaires de l’assurance maladie ; et à apprécier l’opportunité médicale et économique d’une prévention de la carie dentaire par la technique du scellement des sillons des premières molaires permanentes.

Méthodes :
L’étude a porté sur un échantillon tiré au sort de 2 649 bénéficiaires du régime général d’assurance maladie des régions Nord – Pas-de-Calais et Picardie ayant eu des actes bucco-dentaires remboursés le 15 octobre 1998. 54 % des patients de cet échantillon (1 437) ont été examinés par les chirurgiensdentistes- conseils.

Résultats :
Les premières molaires permanentes représentent 28 % des dépenses bucco-dentaires remboursables pour l’ensemble des dents permanentes. 34 % des dépenses de soins conservateurs sur les premières molaires permanentes sont remboursées pour des patients de moins de 20 ans. Pour les enfants âgés de 5 à 9 ans ayant eu des actes bucco-dentaires remboursés, les premières molaires permanentes atteintes d’une lésion carieuse de la face occlusale représentent 71 % des premières molaires cariées ou obturées. 47 % des patients de cette classe d’âge présentent au moins une première molaire permanente atteinte d’une lésion carieuse de la face occlusale. 87 % de leurs premières molaires présentent une atteinte carieuse de la face occlusale ou sont indemnes de carie. Il n’y a pas de relation entre l’atteinte carieuse de la face occlusale et les caractéristiques sociologiques des bénéficiaires.

Conclusion :
Tous les enfants âgés de 5 à 9 ans ne doivent pas bénéficier d’une prévention de la carie occlusale des premières molaires permanentes par le scellement de leurs sillons. Avant toute prise en charge du scellement des sillons par l’assurance maladie, des recommandations doivent être définies pour leurs indications.